Je nage

4:38, puis 3:33 d’évasion, d’arrachement au territoire, de glissade à la surface de l’eau. Parce que les vagues et les amours, c’est pareil, parce que la voix de Deleuze manque, tout en demeurant l’une des plus présentes, elle surfe aujourd’hui sur les ondes, sur les réseaux informatiques, enregistrée par ses propres étudiants, elle parle tantôt, cette vague nous giffle, tantôt elle nous emporte. Nager, c’est simple : se lancer au bon moment, plonger au bon moment, éviter la vague, ou

Lire la suite

Site Footer