Fly me to the moon

Un conseil de dernière soirée ?

Cette veille d’épreuve propose une éclipse totale de lune. Plutôt que des heures à tenter de tromper le sommeil plongé dans une pile de prépabacs et de sites proposant, tous, leur recette pour ne pas trop rater l’oeuvre réclamée demain, s’étendre sur le sol et regarder le ciel dans lequel notre satellite disparait graduellement peut être considéré comme une méthode assez pertinente pour se préparer à travailler quatre heures durant un sujet qui, lui, dort tranquillement jusqu’à demain, 8h, dans les coffres forts des centres d’examen.

Après tout, sur la pierre tombale de Kant lui même se trouvent mentionnés les deux horizons qui suscitaient en lui la pensée : la loi morale en lui, et le ciel étoilé au dessus de sa tête. Se placer sous le ciel nocturne, exactement, pourrait permettre de retourner aux sources de cette réflexion dont il faudra bien, demain, être l’auteur.

Ajoutons que ce même ciel étoilé était source de réconfort pour Sénèque, quand il s’agissait d’aténuer le drame de l’exil, pour lui comme pour sa propre mère dont il était alors séparé : où qu’on soit sur terre, on est sous le même ciel. Ce qui vaut pour l’espace vaut aussi pour le temps : ce ciel nocturne, ce soir, est le même que celui que regardait Kant, qui était déjà le même qui surplombait Sénèque dans son exil corse. On conviendra qu’en ces veilles de bataille, un peu de réconfort soit bienvenu.

Mais le ciel est astucieux, et un peu facétieux : en ce soir d’éclipse, le ciel est nuageux.

Dès lors, ce à quoi on assistera, c’est à la disparition invisible d’un astre s’invisibilisant.

J’avais conseillé, afin de se préparer, de méditer. Le ciel semble être avec vous; il donne l’occasion de se plonger dans ce silence éternel des espaces infinis, et effrayants, de l’univers. Le fait que l’absence elle même soit invisible, absente à la vue, a quelque chose qui ne déplairait sans doute pas à Pascal.

On peut y voir un signe encourageant.

Et sur cette extinction des feux, on vous souhaite une bonne nuit.

2 commentaires On Fly me to the moon

  • Sénèque, Pascal ; vous étiez au courant ou quoi ?

    J’ai pris le sujet « l’art est-il moins nécessaire que la science ? », qui m’a semblé tout à fait digne d’intérêt.

    Merci au passage pour ce blog qui l’est également !

  • facebook-profile-picture

    En effet, par les temps qui courent, je pourrais presque faire l’objet de soupçons ! Je peux peut être envisager une reconversion comme medium…

    Joli choix que ce sujet sur l’art, dont je ne sais trop ce que des élèves auront pu faire (je crains des copies bâties autour d’une comparaison insuffisamment raisonnée, ne saisissant pas l’essence du problème posé). Je ne corrige pas cette section, mais c’est un des sujets dont je me suis le plus demandé ce qu’il allait pouvoir donner, une fois mis entre les mains des candidats !

    Et merci en retour pour les commentaires 🙂

Laisser un commentaire:

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Site Footer