Sartre par Sartre

Je l’avais promis à quelques élèves, et aux collègues avec lesquels j’en avais parlé, alors je mets en ligne ces quelques pages que le Nouvel Observateur de Janvier 1970 consacra à un assez long entretien avec Sartre, qui revenait alors, dans le cadre de sa propre pensée, sur un certain nombre des points qu’une année de Terminale évoque assez nécessairement : ses propos parfois peu nuancés sur l’irréductibilité du choix, y compris en situation extrême, dont il dit lui même ici qu’il ne les comprend plus alors qu’il les relit des années plus tard, sa relation à la psychanalyse et au marxisme, Flaubert, la manière dont l’étude de celui-ci va constituer une tentative pour concilier Marx et Freud, sa conception de la liberté, de la relation de l’individu avec l’histoire, la Chine et la Révolution culturelle, l’Université. L’entretien, qui ne fut d’ailleurs pas donné au Nouvel Observateur, qui ne fit que le traduire, et le reprendre en ce 26 Janvier 1970 du périodique britannique New Left Review fait donc le point sur la pensée de Sartre à ce moment précis, et dans le contexte historique dans lequel Sartre pense. On y voit un penseur confronté à une époque qui semble singulièrement, après coup, donner à penser, tant elle croise les idéologies et les évènements historiques dont on sait qu’ils structureront durablement le monde et les représentations qu’on en a. On y voit aussi comment Sartre analyse la relation de sa pensée et de ses engagements avec ce monde là, et c’est peut être aussi dans cette tension qu’on peut lire une certaine conception de la liberté.

Comme d’habitude, il suffit de cliquer sur les vignettes pour lire, dans l’ordre, les pages de ce numéro 272 du Nouvel Observateur.

3 commentaires On Sartre par Sartre

Laisser un commentaire:

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Site Footer