Etre-là

Que ceux qui se refusent tout à fait à voir se croiser les trajectoires de la publicité, de la télévision, d’un art contemporain diffusé selon des méthodes inspirées du marketing « hype », et de l’art réservé aux happy fews soudainement mis à disposition des masses, considèrent que ce qui suit ne va pas exactement leur convenir.

Mais ce soir, et quelques rediffusions permettront de se rattraper si jamais on ne passe pas ses samedi soirs devant la télé (ce qui est bien entendu une faute), et si jamais on ne lit pas chaque jour ce blog (même parenthèse que précédemment), Canal+ Cinéma offre, à la manière d’Arte, une soirée thématique autour du réalisateur Spike Jones, proposant son fameux long métrage Being John Malkovich (Dans la peau de John Malkovich en VF.), dans le cadre de sa semaine des cinéastes clippers, consacrée à Michel Gondry, Tarsem Singh, Zack Snyder et, donc Spike Jones; en somme tous ces réalisateurs à qui des coffrets Work of Director ont été consacrés, et qui travaillent aussi bien pour le grand écran que pour ces très courts métrages que sont les clips vidéo.

Si en France, la star du genre demeure Gondry (même si plus j’en parle en cours, plus je me dis que les lycéens américains doivent mieux le connaître que les élèves français, ce qui provoque une sourde inquiétude un peu difficile à calmer), il faut admettre que les incursions de Spike Jones dans la réalisation de longs métrages, comme réalisateur ou comme scénariste constituent toujours des morceaux de choix, tant les images en mouvement qu’il proposent sont comme une pellicule d’où suintent comment des émanations d’autres mondes, tant les images sont conçues comme un vocabulaire qui joue moins avec ce qui est montré que la matière même de l’image. J’ai déjà abordé en classe les multiples intérêts que dissimule un scénario aussi ludique que celui de Being John Malkovich qui, outre le fait de jongler avec de multiples registres d’images (la captation de spectacles de marionnettistes, le montage classique de « cinéma », le film d’entreprise, la construction de flash-back mémoriels animaliers, le faux reportage sur la remise des Oscars), joue aussi en permanence sur la distance permanente que Jonze parvient à introduire entre ce qui est montré et ce qui est vu. Les scènes d’amour, visuellement très classiques, entre John Malkovich (… John Malkovich) et Maxine (Catherine Keener), mettent en réalité en scène Maxine (qui est bel et bien… elle même…) et Lotte (Cameron Diaz), puisque c’est elle qui habite à cet instant John Malkovich qui, en tant qu’acteur, ne joue précisément plus son propre rôle. L’image, bien que potentiellement subversive aux yeux de certains, passe comme on dit « comme une lettre à la poste » par la grâce d’un scénario malin qui n’hésite pas à brouiller les pistes de la représentation, bien aidé par des personnages qui ne savent plus très bien où ils en sont, tous en quête, en eux mêmes, d’un « autre » que seul autrui peut révéler. Chez Jonze, on n’existe que par les autres, en les devenant.

Mais cette soirée propose un cadeau supplémentaire :

I’m here est un court métrage réalisé par Spike Jones, en collaboration avec la marque de spiritueux bien connue Absolute, depuis longtemps partenaires d’artistes, tels que Warhol, Keith Harring ou Juergen Teller. A vrai dire, I’m here, c’est un peu plus qu’un film, ou plutôt c’est un film total puisque le processus de réalisation prend en charge la distribution et la diffusion même du court métrage. En effet, celui-ci dispose de sa propre et unique salle de diffusion, qui est constituée d’un container (comme on en trouve sur les paquebots) à l’intérieur duquel sont installés 14 places, un projecteur et un écran, effectuant une véritable tournée à travers le monde (en Mars 2010, cette salle éphémère faisait par exemple escale à Paris pour quelques jours). I’m here, c’est une histoire d’amour entre deux robots confronté à un monde d’humains. Deux singularités non reconnues comme telles, esclaves d’un monde qui leur nie tout droit à l’existence, reclus dans la banlieue de l’existence humaine, se trouvent et se conjuguent l’un par l’autre au singulier-pluriel. Tout Spike Jones est là : le trucage numérique qui ne se présente pas comme tel, l’artifice qui se donne des airs bricolo pour ne pas tomber dans la frime technique, déplaçant l’attention ailleurs, au-delà de ce qui se donne à voir. Comme dans Being John Malkovich, les déchirures de l’existence, les failles du moi se planquent derrière des masques. Peu importe que ce soit celui de l’acteur ou celui d’un casque de robot : l’absence à soi, la béance ne parvient jamais à demeurer enmurée, l’incompréhension devient elle même un message que même les faciès figés des machines parviennent à exprimer. L’antithèse des robots sensuellement impassibles du All is full of love de Chris Cunningham et Bjork.

Complément : Work of Director – Spike Jonze (dvd – 2003). La série Work of Director permet d’accéder sans attendre pendant des heures devant les chaines vendant quelques clips au poids entre deux publicités pour des services téléphoniques crétins que les programmateurs se décident à sortir du train train commercial du R’n’B le plus conventionnel (c’est à dire le plus parfaitement traître vis à vis de sa grande soeur, la soul (mais nous avons déjà abordé ça en cours)), pour proposer de véritables travaux de très courts métrages issus de réalisateurs un tout petit peu conscients de manipuler de l’image en mouvement, et aptes à faire quelque chose de cette consigne de départ. Cette collection de dvd répertorie tout ce qui se fait de mieux dans ce domaine curieusement sous-évalué par le public qui le regarde le plus. De Gondry à Cunningham (avec Jones, ils forment une sorte de sainte-trinité des réalisateurs clippers) en passant par Anton Corbijn ou Stéphane Sednaoui (entre autres). Presque incontournable pour ceux qui veulent trouver dans des formes courtes des moments saisissants de narration visuelle.

Laisser un commentaire:

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Site Footer