Manhattan Transfer

En 2010, l’équipe qui publiait le défunt journal Gasface mettait en ligne une mini-série consacrée à la culture Hip hop telle qu’on peut la voir vivre dans le quadrillage régulier des rues de New-York. Ceux qui sont capables de juger de ce genre de choses (c’est-à-dire, en partie, des new-yorkais et des personnes impliquées dans ce mouvement) reconnurent vite en New-York Minute un « hip hop guide to the fast life », un hommage à la vie pressée de la grande pomme dont la forme rapide, mais tranquille, correspondait parfaitement à l’objet, une errance attentive aux rencontres, aux lignes de force qui traversent de part en part la mégapole et unit, par delà les blocs, ceux qui sont autant de pierres d’angle d’une culture en croissance, d’une vision du monde, puisque cette ville là est, telle une Babylone actuelle, une réduction, sur un même territoire, du monde entier ; frontières comprises.

Voyant trop souvent cette culture revendiquée en classe, mais non connue (comme bien d’autres cultures, d’ailleurs, qui sont d’autant plus mises en avant qu’elles échappent presque totalement à ceux qui veulent en être les hérauts), je me décide à mettre en ligne, de temps en temps, des documents pouvant positionner quelques bornes, des carrefours sur lesquels figureraient un ou deux panneaux indicateurs, quelques repères afin de constituer une cartographie intellectuelle, une culture en somme, sans sombrer dans la démagogie qui consisterait à enfermer les élèves dans les eaux culturelles dans lesquelles ils baignent déjà, particulièrement dans un « lycée de banlieue » qu’on associe trop souvent (et où les élèves eux-mêmes s’associent excessivement) aux cultures urbaines.

Evidemment, on erre un peu dans les marges, à la manière dont, chez Kubrick, on se laisse porter par le courant urbain, les yeux grand fermés à travers New-York, à ceci près que dans New-York Minute, l’ambiance est moins feutrée, on s’éloigne des beaux quartiers, le danger est plus proche même s’il reste contenu, les acteurs de ce mouvement étant parfois issus de la violence, mais l’ayant cependant dépassée pour l’investir dans la création de formes ; si on y pense, c’est bel et bien ainsi que se forment les cultures.

Six épisodes, donc :

#101 – Midnight Marauder

#102 – The Magic Number

#103 – Land of Dream

#104 – Night Nurse

#105 – Lost Generation

#106 – Fast Life

Le site général, présentant les six films ainsi que des compléments audio, textes, et video, se trouve à cette adresse : http://nyminute.arte.tv/fr/map/

Pour aller directement aux films, sur le site même d’Arte, c’est par ici que ça se passe : http://nyminute.arte.tv/fr/serie/

Laisser un commentaire:

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Site Footer