Passe-temps

Les catégories pensées par Hannah Arendt pour structurer ce qu’elle appelle Vita activa sont très utiles pour penser les sujets portant sur le travail. Nous les utilisons ces jours-ci pour mener à bien, et à sa conclusion, le traitement du sujet Le travail divise-t-il les hommes ? Dans le passage qui suit, elle diagnostique un des maux du monde moderne : la disparition de toute autre forme d’activité que ce qu’elle appelle « travail », qu’elle conçoit comme une simple exécution de tâches visant la satisfaction des besoins quotidiens. L’oeuvre, et l’action véritables ont disparu, remplacés par le divertissement, le passe-temps.

« Quoi que nous fassions nous sommes censés le faire pour « gagner notre vie » ; tel est le verdict de la société, et le nombre des gens, des professionnels en particulier, qui pourraient protester a diminué très rapidement. La seule exception que consente la société concerne l’artiste qui, à strictement parler, est le dernier « ouvrier » dans une société du travail. La même tendance à rabaisser toutes les activités sérieuses au statut du gagne pain se manifeste dans les plus récentes théories du travail, qui, presque unanimement, définissent le travail comme le contraire du jeu. En conséquence, toutes les activités sérieuses, quels qu’en soient les résultats, reçoivent le nom de travail et toute activité qui n’est nécessaire ni à la vie de l’individu ni au processus vital de la société est rangée parmi les amusements. Dans ces théories qui, en répercutant au niveau théorique l’opinion courante d’une société de travail, la durcissent et la conduisent à ses extrêmes, il ne reste même plus l’ « œuvre » de l’artiste : elle se dissout dans le jeu, elle perd son sens pour le monde. On a le sentiment que l’amusement de l’artiste remplit la même fonction dans le processus vital de travail de la société que le tennis ou les passe temps dans la vie de l’individu. […] Au point de vue du « gagne-pain » toute activité qui n’est pas liée au travail devient un « passe temps » ».

Hannah Arendt, La Condition de l’homme moderne


Illustrations :

Photographies de David Lachapelle :
Inflatables, Coke can, L.A., 2002
Inflatables, Death by hamburger, 2001

Laisser un commentaire:

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Site Footer