el-ghâyb

Cet article semble avoir pour vocation de revenir, tous les ans, en haut de la colonne, parce que la question qu’on y aborde, celle de la foi comme expérience de l’absence de ce qui, à tant manquer, ne peut pas ne pas être, est de celles qu’on croise nécessairement en début d’année. C’est que, de plus en plus, il faut parvenir à installer un territoire de réflexion sur lequel tous puissent venir, avec ce qu’ils sont, dialoguer, et qu’il ne

Lire la suite

Site Footer