Manuel de savoir-travailler

 

S’il y a une malentendu à propos du travail, c’est parce que ce concept est, le plus souvent volontairement, mal délimité. A cause de cette ambiguïté bernard-stiegler_4038849entretenue, on pense que le produit du travail est l’argent, on est convaincu que la vie ne nous appartient pas a priori, et qu’il faut la gagner, les élèves ne travaillent pour certains que pour « la note », qui est envisagée comme un salaire. 

Ainsi, si on veut mettre des mots précis sur cette confusion, on peut dire ceci : on confond systématiquement le travail, et l’emploi. 

C’est ce que Bernard Stiegler diagnostique ici. Depuis des années, c’est avec un très grand sens de la minutie que Stiegler observe, dissèque les structures de nos comportements, et ce dans un but tout à fait pratique, et politique, puisqu’il s’agit, tout simplement, de refonder un monde commun qui soit vivable, pour tous. Il est peut-être un des rares qui, en philosophant, tracent les plans d’un avenir possible. 

Inutile de dire que si l’emploi est au coeur de nos vies, et si nos vies vont mal (et on a intégré, maintenant, qu’elles pouvaient aller mal tant parce qu’on n’arrive pas à intégrer le « monde de l’emploi » que parce qu’on a réussi à y trouver une « place »), il n’y a pas de projet politique digne de ce nom qui puisse décider de laisser les choses en l’état. On peut, sur ce point, tracer bien des plans sur la comète. Stiegler a ceci d’intéressant qu’il va bien plus loin que les vagues intuitions ou rêveries qu’on pourrait avoir sur le sujet. 

La conversation qu’il entretient avec Ariel Kyrou dans le petit ouvrage L’Emploi est mort, vive le travail ! permet d’aborder de façon claire les enjeux de sa pensée, de mettre en place les distinctions conceptuelles qui nous manquent, au quotidien, pour parler de « tout ça », et d’en tirer les conséquences quant à ce qui pourrait être fait (quoique le propos de Stiegler se fasse plus pressant : il s’agit moins de ce qu’on peut faire, que de ce qui doit désormais être mis en oeuvre). En somme, ce petit livre est un bon manuel de savoir-travailler (on pourrait dire, aussi : un manuel de savoir-travaillé).

En voici un petit extrait, qui peut se suffire à lui-même, mais a aussi pour ambition d’inciter à lire ce livre, qui dans un nombre restreint de pages, parvient à dresser une carte, mondiale et locale, du futur.

« L’emploi qui s’est développé depuis deux siècles à travers le salariat a progressivement mais irrésistiblement détruit le travail. Le travail n’est pas du tout l’emploi. L’emploi est ce qui est sanctionné par un salaire tel que, depuis Ford, Roosevelt et Keynes notamment, il permet 9782755507461-x_0de redistribuer du pouvoir d’achat. Le travail c’est ce par quoi on cultive un savoir, quel qu’il soit, en accomplissant quelque chose. Picasso fait de la peinture, par exemple. Moi, mon jardin. Cela m’apporte quelque chose. Je ne fais pas mon jardin simplement pour avoir des carottes – je cultive par là un savoir du vivant végétal, que je peux partager avec des jardiniers comme avec des botanistes, etc. Si j’écris des livres, si je participe au site Wikipedia, ou si je développe un logiciel libre, ce n’est pas d’abord pour obtenir un salaire : c’est pour m’enrichir en un sens beaucoup plus riche que le célèbre « Enrichissez-vous », et peut être aussi pour gagner ou économiser un peu d’argent à cette occasion mais surtout me construire et m’épanouir dans la vie, et comme être vivant, et plus précisément comme cette forme technique de vie dont Georges Canguilhem montre qu’elle ne peut pas vivre sans savoirs, que je ne peux développer qu’en accord avec mes désirs et mes convictions…

Depuis très longtemps, on ne travaille presque plus dans notre société. Il y a certes des gens qui travaillent encore, des artistes, des universitaires, il y a encore des médecins qui font toujours bien leur métier, cela existe. Il n’y en a pas beaucoup…, mais il y en a – aux marges de la société consumériste qui combat toute forme de savoir parce que le savoir est toujours critique et exigeant, y compris comme savoir-vivre et savoir -faire, et en cela, il contredit par nature la standardisation consumériste.

Les employés ne travaillent pas dans la mesure où travailler, cela veut dire s’individuer, cela veut dire inventer, créer, penser, transformer le monde. Le travail, c’est ce que l’on appelait autrefois l’ouvrage. Dans le mot « ouvrage », on entend le verbe « ouvrir ». « Ouvrer » veut dire opérer. Un travailleur ouvre un monde, qui peut être un tout petit monde, mais un monde – plutôt qui ce qui nous apparaît de plus en plus comme étant l’immonde.

L’ouvrage peut ouvrir le monde d’un petit jardin, plus ou moins secret, qui constitue un espace singularisé par quelqu’un qui y produit ce que, dans un langage scientifique, on appellerait de la néguentropie – de la diversification, de la bifurcation, de l’inattendu, de l’improbable, de l’inespéré. Le travail, c’est cela : c’est néguentropique. Aujourd’hui, l’emploi est au contraire devenu absolument entropique, il ne produit que standardisation, répétition machinale et stupide, démotivation, et ne sa fait désirer que sous la menace permanente d’un chômage toujours plus brutal et angoissant. »

L’intégralité de l’entretien peut être lue en suivant ce lien : culture_mobile_visions_bernard-stiegler.pdf

Laisser un commentaire:

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Site Footer