Pour compléter l’article précédent.

Rien que pour la musique de Georges Delerue, les filtres rouge, puis bleu, le parcours à double sens sur le corps de Brigitte Bardot, les mots si importants, qui s’approchent au plus près, font dans le détail et mettent à distance à la fois, parlent du corps, puis de son reflet, ne sont eux mêmes que reflet d’un corps à jamais image, inaccessible, qu’on ne pourra aimer que totalement, tendrement, tragiquement cependant, parce qu’il s’agit là de pur désir, de distance irrémédiable qui est le prix à payer pour cette présence sans fin d’une intimité qu’on ne peut qu’entrevoir. Comme toujours, au cinéma, l’image fait écran. 

S’hasarder

Inventaire avant liquidation

Lumière noire

Laisser un commentaire:

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Site Footer

Follow by Email
LinkedIn