La liberté – Introduction

II est assez facile de faire l’expérience de situations dans lesquelles on a bel et bien l’impression d’être libre parce qu’on s’est affranchi des limites habituelles de notre action. En effet, en temps normal, nos actes sont endigués, canalisés entre les parois que constituent les lois, les règles, les contraintes physiques, les normes, la présence des autres, bref tout ce qui fait qu’on n’agit jamais sans être sous la contrainte et qu’on se bride. On peut vivre ponctuellement des moments

Lire la suite

L’allégorie de la caverne

Parmi les choses étonnantes, je réalise que le manuel qu’utilisent mes élèves ne contient pas l’incontournable extrait du livre 7 de La République de Platon, dans lequel Socrate décrit ce qui restera dans l’histoire comme « L’Allégorie de la caverne ». On peut concevoir qu’aucun passage ne soit obligatoire. Mais il semble quand même bon de mettre ce texte à disposition, le voici donc. « Maintenant, repris-je (Socrate), représente-toi de la façon que voici l’état de notre nature relativement à l’instruction et à

Lire la suite

Pistes et Bonus sur le sujet « Peut-on ne pas être soi-même ? » (où il est aussi question de télé-achat et de Hegel)

Voila un sujet souvent perçu comme enthousiasmant par les élèves. Méfiance : il est plus complexe qu’il n’en a l’air. L’erreur première, et pourtant fréquemment effectuée, serait de penser qu’il s’agit là d’un sujet sur l’hypocrisie et l’honnêteté. C’est un écueil dans lequel l’élève débutant tombe facilement. Or être hypocrite ne consiste pas à ne pas être soi-même, pas plus que mentir. Quand on ment, on sait très bien qu’on le fait. C’est justement quand on ne ment plus, autrement

Lire la suite

Bonus livre sur le sujet « Qu’est ce qu’une machine ne peut pas faire ? » Richard Dawkins « Le gène égoïste » et Jean-Michel Truong « Totalement inhumaine »

On avait abordé en cours cette question, formellement simple, et finalement vraiment complexe sur le fond. Souvenez-vous, on avait dit que traiter cette question nous confrontait à double écueil : d’un côté le risque de produire une liste d’exemples d’actions hors de portée de toute machine. Mais on l’a dit, c’est là sans doute la pire manière de traiter ce sujet, puisque cela consisterait à effectuer des constats ne permettant jamais d’aboutir à une synthèse. Le second risque, c’est de

Lire la suite

Commentaire d’un texte de Freud, extrait de « L’intérêt de la psychanalyse » – 2eme partie : mise en perspective

On l’a vu, le texte de Freud propose une rupture. Du moins est-ce ainsi qu’il se présente. On l’a vu aussi, cette rupture s’appuie sur un discours qui est de type scientifique, ce qui lui permet de bâtir, finalement, une nouvelle manière de décrire ce qu’est un être humain et d’expliquer selon quels principes se déroule son histoire. Reste que si la proposition semble nouvelle, il nous faut déterminer en quoi consiste cette nouveauté, examiner ce sur quoi elle s’appuie,

Lire la suite

Commentaire d’un texte de Freud, extrait de « L’Intérêt de la psychanalyse » – 1ere partie : Introduction et commentaire linéaire.

 » Une violente répression d’instincts puissants exercée de l’extérieur n’apporte jamais pour résultat l’extinction ou la domination de ceux-ci, mais occasionne un refoulement qui installe la propension à entrer ultérieurement dans la névrose. La psychanalyse a souvent eu l’occasion d’apprendre à quel point la sévérité indubitablement sans discernement de l’éducation participe à la production de la maladie nerveuse, ou au prix de quel préjudice de la capacité d’agir et de la capacité de jouir, la normalité exigée est acquise. Elle

Lire la suite

Faut-il travailler pour être heureux ?

« 3:1 Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l’Eternel Dieu avait faits. Il dit à la femme: Dieu a-t-il réellement dit: Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin? 3:2 La femme répondit au serpent: Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. 3:3 Mais quant au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit: Vous n’en mangerez point et vous n’y toucherez point, de peur que

Lire la suite

Exemple d’introduction : « La notion d’inconscient introduit elle la fatalité dans la vie de l’homme ? »

On compare facilement notre vie à un train qui suivrait ses rails, les évènements s’enchaînant les uns les autres aussi inévitablement que les tronçons d’un parcours ferré. Depuis l’antiquité, on utilise le concept de « fatalité » pour comprendre cette pensée. En effet, derrière ce concept se trouve l’idée que les choses ont lieu pour des raisons précises, qui peuvent relever aussi bien de la décision divine que de l’enchaînement matériel de causes et d’effets. Cependant, depuis l’antiquité, les philosophes sont confrontés

Lire la suite

Exemple d’introduction : « L’intelligence a t-elle un rôle dans le rêve ? »

Regarder « un chien andalou », court métrage de Luis Bunuel et Salvadore Dali, c’est être confronté à une suite de séquences qui, tout en étant figuratives, échappent néanmoins à la compréhension. On a dès lors fréquemment comparé ce court métrage à une mise en scène onirique procurant l’effet que provoquent classiquement les rêves. Une telle comparaison peut s’entendre de deux manières différentes : ou bien on considère que comme les rêves, ce film n’est qu’une accumulation d’images sans lien les unes

Lire la suite

Exemple d’introduction : « En quel sens peut on dire de l’homme qu’il est un être inachevé ? « 

Depuis que Michel Foucault a, au vingtième siècle, montré que la figure de l’homme était une invention récente, depuis qu’au dixneuvième siècle Nietzsche a créé le concept de surhomme, nous avons pris l’habitude de considérer l’homme comme une créature provisoire, qui a surgi dans le monde, et s’en retirera nécessairement un jour ou l’autre quand la date de sa péremption aura été atteinte, ce que Foucault évoquait dans les dernières lignes de son livre phare « les mots et les choses »

Lire la suite

Au croisement du cours sur la technique et du sujet sur l’ignorance : Gunther Anders – « Nous, fils d’Eichmann »

Je l’ai dit maintes fois en cours. Ce qui importe, c’est de tisser des liens entre les choses. Aussi faut il sauter sur toutes les occasions de tisser ces liens, parce que c’est là que la véritable pensée a lieu. Sinon, on ne fait qu’ingurgiter. Bel exemple à la lecture d’un petit livre de Gunther Anders, intitulé « Nous, fils d’Eichmann« , qui rassemble deux lettres que l’auteur a écrites au fils d’Adolf Eichmann, l’une à la mort de son père, en

Lire la suite

Le désir est-il la marque de la misère de l’homme ?

Si on tente de classer les manques auxquels est soumis l’homme, une distinction classique consiste à séparer les besoins des désirs. Les besoins ont pour caractéristique d’être nécessaires, que ce soit pour des raisons biologiques (manger, dormir, boire, respirer…) ou pour des raisons sociales (dans notre société, il est nécessaire d’avoir accès à l’électricité, à un logement, à l’eau courante, à des moyens de communication, de déplacement). Si on ne les satisfait pas, on tombe dans une situation où le

Lire la suite

Bonus de films autour de la technique chapitre 2 : Notre siècle de Artavazd Pelechian

Le fait qu’un film soit indisponible rend il inutile d’en parler ? On va faire le pari inverse : Notre Siècle, (1982) est un film très peu connu, très peu diffusé, comme tous les films de Pelechian. Il faut dire que ses films ne cherchent pas à plaire, et ne se plient pas aux modes, ni aux attentes du public. Notre siècle, c’est en quelque sorte la trilogie Qatsi, mais réussie. Là ou Godfrey Reggio propose une accumulation d’images séduisantes,

Lire la suite

Bonus de films autour de la technique chapitre 1 : La trilogie Qatsi de Godfrey Reggio

Sujet de prédilection au cinéma, la technique est considérée de manières assez diverses selon les lieux, les époques et les réalisateurs. On a vu qu’en matière de réflexion philosophique s’opposaient technophiles et technophobes, et on retrouve cette ligne de démarcation dans les films, mais de manière beaucoup plus ambiguë, car même quand on la critique, même quand on en fait un objet de peur, la technique a un fort potentiel spectaculaire qui permet aux pires technophobes d’être totalement complaisants vis

Lire la suite

Pouvons-nous vivre dans l’ignorance ?

Un mot avant de passer au corrigé lui même : en dehors de la référence à Bourdieu, je n’ai utilisé ici que des arguments que j’ai trouvés, plus ou moins clairement exposés, dans des dissertations d’élèves. Ainsi, l’ensemble forme ce qu’un élève de terminale, en début d’année, peut effectuer, sans références très compliquées ni argumentation extrêmement complexe. Sur le blog miroir, je proposerai prochainement une version plus développée, utilisant d’autres types de références. Pouvons nous vivre dans l’ignorance ? Introduction

Lire la suite

La technique – Conclusion

On l’avait dit en introduction, la question de la technique, au-delà des problèmes de gestion des inventions et de leur commerce, pose le problème de la place de l’homme dans le monde. On l’a vu, selon la manière dont on considère l’activité technique de l’homme, on va définir très différemment cette place. Si on considère la nature comme supérieure et mystérieuse, l’homme devient une créature parmi les autres, mais si on voit dans la nature un simple mécanisme géant, et

Lire la suite

La technique – 4ème partie : L’essence technique de l’homme.

Proposer la réduction de la quantité d’être humains pose des problèmes moraux tellement évidents qu’on va facilement considérer la proposition « simple » de réduire l’activité technique de l’homme comme tout à fait raisonnable. Or il n’est pas certain qu’on puisse aussi simplement mettre en œuvre une telle mesure et considérer le problème de la technique comme réglé. Tout d’abord, constatons qu’il y a un problème de fond à craindre la technique pour la raison qu’elle provoquerait des accidents. Paul

Lire la suite

La technique – 3ème partie : Une impression de perte de contrôle

La représentation de la technique au vingtième siècle provoque un contraste frappant avec les espoirs que plaçait en elle Descartes au dix-septième. L’enthousiasme a cédé la place à la méfiance et l’espoir de voir la technique permettre à l’homme d’obtenir absolument tout ce qu’il voulait de la nature a été remplacé par le constat que la nature ne donnait qu’à un certain prix, qu’on pouvait certes la maîtriser mais qu’on ne pouvait indéfiniment la consommer sans prendre en compte sa

Lire la suite

La technique – 2ème partie : l’homme devient « maître et possesseur de la nature ».

Il en va de l’humanité comme des individus. On perd sa relation naïve au monde quand on comprend qu’il n’a rien de mystérieux. Ainsi avez-vous compris que votre poupée Barbie ne parlait pas d’elle-même, pas plus que Ken n’était véritablement guerrier «par lui-même». Quand en avez-vous pris conscience ? Le jour où par accident ou par courage vous avez pu voir « à l’intérieur ». A ce moment là, vous avez saisi qu’il n’y avait en fait aucun mystère dans

Lire la suite

La technique : 1ère partie – L’homme soumis à la nature

Vue du vingt et unième siècle, l’interrogation sur la technique parait facilement contemporaine. Nous sommes spontanément convaincus que c’est de nos jours qu’à la faveur de ce que nous appelons « catastrophes » que l’inquiétude sur la technique a commencé à émerger. C’est là une illusion d’optique, car la question des catastrophes n’est pas tout à fait l’essentiel de la question de la technique et l’humanité n’a pas attendu notre époque pour y réfléchir. En effet, l’observation par l’homme de ce qu’il

Lire la suite

La technique – Introduction

Si vous êtes en train de lire cette introduction, c’est sans doute sur un écran, qui est lui même relié à une unité centrale, elle même connectée sur le réseau du net. Votre main droite est posée sur le périphérique vous permettant de naviguer dans ce domaine que l’on dit « virtuel », allant de page en page, d’un doigt vous déclenchez des rafales électriques dans la machines, vous déplacez des paquets d’octets de processeurs en processeurs, qui commandent le bombardement de

Lire la suite

Bonus cinéma – Tyler Durden comme autre figure possible du sage (malgré les apparences)

Parmi les figures de la sagesse, on pense assez spontanément à des personnages calqués sur le modèle de Yoda, parce qu’ils semblent avoir un point de vue très distancié sur le monde, qu’ils possèdent une connaissance profonde et sûre, qu’ils savent quoi penser du monde et de ce qui leur arrive. Pourtant, à prendre autant de distance par rapport au monde, à vouloir être ainsi au dessus de tout, il y a un risque à s’en dégager totalement, et à

Lire la suite

Bonus Cinéma : Wim Wenders – Les ailes du désir

Wim Wenders place au dessus de Berlin deux anges. Ils observent les hommes avec suffisament de recul pour pouvoir avoir une vue d’ensemble et d’assez près pour pouvoir entendre et saisir leurs pensées les plus profondes. Un de ces anges va tomber amoureux d’une trapéziste, et renoncer à sa condition d’ange pour adopter celle des hommes. C’est un film méditatif sur la condition humaine, qui peut être une manière originale de commencer un cheminement philosophique : on l’a dit en

Lire la suite

Bonus cinéma : Old Boy de Park Chan-Wook

Un homme est enlevé par des inconnus et jeté dans un appartement, dans lequel il va rester enfermé 15 ans, sans voir qui que ce soit. Au bout de ces 15 ans, il est libéré, et va commencer pour lui une quête d’explications sur les raisons ayant motivé son enfermement. Cette quête va être une plongée aussi bien dans la violence, que dans un voyage introspectif dans son propre passé. De plus, celui qui est à l’origine de son enfermement

Lire la suite

Bonus cinéma : Yoda comme image du sage idéal

Pour ceux qui seraient vraiment allergiques à la science fiction, pour ceux qui ne sont pas allé au cinéma depuis leur naissance, présentons rapidement ce personnage célébrissime qu’est Yoda. Il constitue un des héros principaux de la « trilogie » « La guerre des étoiles » (trilogie qui restera sans doute dans l’histoire la seule à s’effectuer en six épisodes…). Si ce personnage de fiction nous intéresse ici, c’est qu’il cristallise toutes les caractéristiques « standard » du sage. Les scénaristes en ont fait le prototype

Lire la suite

Bonus visuel : Rembrandt – Philosophe en méditation

Rembrandt s’était spécialisé dans les portraits de ceux qui n’étaient à l’époque que rarement représentés par la peinture, les mendiants, les travailleurs, ceux que les peintres méprisaient volontiers. C’est que son sujet est souvent ailleurs, moins dans le personnage peint que dans la manière de le faire apparaître. La lumière est pour Rembrandt le sujet central de la peinture, et ce peintre est considéré comme la maître d’une technique, appelée le « clair-obscur » qui a pour but de focaliser l’attention du

Lire la suite

Qu’est-ce que la philosophie ? Conclusion

Si l’on doit donc retenir quelque chose de ce que l’on a vu de la philosophie, c’est qu’elle constitue finalement moins une activité qu’une attitude. En effet, si elle utilise les exigences de rationalité que l’on trouve aussi mises en oeuvre en science, elle demande en revanche une posture de l’esprit un peu particulière, celle du perpétuel étonnement et de la mise en doute systématique. Il ne faut pas pour autant voir en le philosophe un personnage éternellement suspicieux, mieux

Lire la suite

Site Footer