Causeur


Proposées presque simultanément aux candidats du baccalauréat de Washington en filière S, et aux élèves de la filière ES au Liban, les Causeries de Merleau-Ponty sont en quelque sorte la vedette de cette cession du bac, du moins dans les lycées situés en pays étrangers.

Bien entendu, cela ne permet absolument pas d’en déduire qu’on en tirerait d’autres extraits afin de les proposer dans l’hexagone. Cependant, il n’est jamais, ni déplaisant, ni inutile, de lire AVT_Maurice-Merleau-Ponty_8303Merleau-Ponty, d’autant que ce texte peut constituer une intéressante introduction à la lecture de cet autre ouvrage, plus ambitieux, qu’est La Phénoménologie de la perception.

Il se trouve que si les Causeries portent ce nom, c’est parce qu’elles furent tout d’abord connues sous la forme d’une série d’émissions de radio diffusées entre le 2 octobre et le 13 novembre 1948. Ensuite parut le texte de ces émissions, augmenté des passages coupés pour les besoins de la radiodiffusion.

On propose ci-dessous d’accéder à ces deux formats, pour ceux qui auraient envie de découvrir la pensée de Merleau-Ponty en entendant sa voix. Pour ceux qui seraient en phase de révisions, ce qui n’a de sens qu’à la condition que ces révisions soient avant tout une réflexion, c’est l’occasion d’entendre et lire un penseur menant sa réflexion, partant d’un problème, et posant peu à peu les éléments permettant de le penser. C’est aussi l’occasion de plonger d’une manière nouvelle dans l’analyse des rapports complexes qui se tissent entre notre conscience et le monde, tissage qui constitue, à vrai dire, et la conscience, et le monde; ce faisant, on redonne à la perception des lettres de noblesse que l’histoire de la philosophie avait eu tendance à lui faire perdre. C’est aussi une pensée qui embrasse des domaines aussi vastes et variés que les sciences, et l’art. Merleau-Ponty demeure une porte d’entrée de choix dans cet univers de pensée radicalement nouveau qu’est la phénoménologie.

Voici l’émission de radio telle qu’elle a été diffusée, compilée en un seul fichier audio. L’émission hôte s’intitulait L’Heure de culture française, et la radio, en 1948, s’appelait la Radiodiffusion française.

Get the Flash Player to see the wordTube Media Player.

Et si vous préférez le télécharger, ou l’écouter sur un autre lecteur : http://medias.harrystaut.fr/causeries.mp3

Vous pourrez télécharger le texte de ces Causeries ici : http://medias.harrystaut.fr/causeries.pdf

Enfin, un collègue a fait de ce texte une des oeuvres étudiées avec ses élèves pendant l’année (une idée qu’il faut que je note d’ailleurs quelque part). Il propose un certain nombre de contenus permettant de mettre ces Causeries en perspective. Vous pourrez trouver ces éléments à cette adresse : http://vventresque.free.fr . En fouillant un peu vous y trouverez votre bonheur.

Laisser un commentaire:

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Site Footer