Avoir un gros coeur, ou avoir le coeur gros…

Parce que par ailleurs, pour d’autres publications, je travaille quelques uns des courts métrages de Philippe André, je retombe sur ce bref article, publié il y a presque 10 ans. Et si la musique de Roger Sanchez a peut-être pris un petit coup de vieux, le clip, lui, a conservé toute sa puissance mélancolique, osant mettre en scène le trop plein du vide amoureux. Il y a un lien entre le percept, l’affect et le concept. On peut donc regarder

Lire la suite

Roulette ruse

Whatever I’ve done I’ve been staring down the barrel of a gun Depeche Mode – Barrel of a gun Encore un petit Bond dans la dialectique ?  De la forme au signe il n’y a qu’un pas. Si James Bond est une forme générale, un ensemble abstrait, conceptuel, qui demeure invariant quelles que soient les apparences diverses que revêtent les films, le concept de James Bond, semblable à lui-même,  s’appuie lui sur des signes qui réapparaissent, presque identiques à eux-mêmes, d’épisode

Lire la suite

Majordome

Majordome; du latin major domus, chef de la maison Un article, juste pour expliquer le titre de l’article précédent.  A plus d’un titre On Her Majesty’s secret service est le titre du sixième film mettant en scène le personnage de James Bond, en 1969. Il fût réalisé par Peter Roger Hunt, et l’interprète de l’agent secret est le moins connu de tous, puisqu’il s’agit de George Lazenby, que tout le monde a oublié depuis.  Au départ, je cherchais tout simplement

Lire la suite

Cache cache

  Je remets en ligne un article qui date de 2011, à propos de la sortie du documentaire Into Eternity, après l’avoir évoqué en classe, en jetant les bases d’une réflexion sur la culture en général, et la technique en particulier. Ajoutons que ce documentaire peut aussi se prêter à des analyses esthétiques.  Un de nos paradoxes est le suivant : Tout ce que nous produisons est par définition périssable, puisque le principe même de financement de nos activités réside

Lire la suite

Faux départ

Qui a tué Socrate ?  Voici la question qui est posée, cette semaine sur France culture, dans l’émission Les Chemins de la philosophie. Et si cette question se pose, c’est que les circonstances dans lesquelles la Cité d’Athènes en vient à condamner celui qu’on considère comme le père fondateur de la philosophie sont complexes. Elle relèvent en fait en partie de la politique, en partie de rancoeurs personnelles,  mais aussi de la vie des idées, et encore des affaires judiciaires.

Lire la suite

Fin de saison – Part. 2 – Au fait, c’est quoi une bonne dissertation ?

Chose promise en classe, chose due ici même : je partage cette vidéo de la chaine Monsieur Phi, qui propose très exactement le genre de chose que je ne saurais faire (concis, rapide…). En dix minutes, les écueils les plus courants en matière de dissertation sont parcourus, on leur tord le cou, et on en est a priori débarrassé. C’est comme si vous étiez soudainement doté d’une cape d’invincibilité, que vous veniez de passer l’anneau de Golum à votre doigt,

Lire la suite

Que la joie demeure

  «Suite  à des problèmes de type grec, je ne pourrai être votre obligé à Cannes. Avec le festival, j’irai jusqu’à la mort, mais je ne ferai pas un pas de plus. Amicalement. Jean-Luc Godard.» 2010 Petite remise à jour d’un article vieux de trois ans. Puisque l’occasion nous était donnée, hier, d’entrécouter l’Ode à la joie, qui est un extrait de la Neuvième symphnie de Beethoven. Il se trouve que, se questionnant sur l’essence de l’Europe (c’est un questionnement récurent

Lire la suite

Aimer totalement

Pour compléter l’article précédent. Rien que pour la musique de Georges Delerue, les filtres rouge, puis bleu, le parcours à double sens sur le corps de Brigitte Bardot, les mots si importants, qui s’approchent au plus près, font dans le détail et mettent à distance à la fois, parlent du corps, puis de son reflet, ne sont eux mêmes que reflet d’un corps à jamais image, inaccessible, qu’on ne pourra aimer que totalement, tendrement, tragiquement cependant, parce qu’il s’agit là

Lire la suite

Initier B.B.

Récemment, j’ai eu le plaisir de travailler, en l’approfondissant « un peu », la fameuse séquence qui ouvre presque le Mépris de Godard, celle qui se situe juste après le juste-un-peu-moins-fameux – aux yeux du grand public, mais pas des cinéphiles – générique parlé mettant en scène le chef opérateur de Godard, Raoul Coutard, aux commandes de sa caméra. Ça m’a donné l’occasion de lire pas mal de choses au sujet de Godard, dont la fameuse biographie signée par Antoine de Baecque.

Lire la suite

Quand la pensée n’a plus pied

Il n’y a a priori pas grand sens à tenter d’argumenter le scepticisme : en tant que théorie, l’affirmation selon laquelle on ne puisse rien affirmer semble d’emblée trop paradoxale pour être considérée comme satisfaisante. Or, un argument est à son tour une affirmation. Ainsi fonder l’affirmation qu’on ne peut rien affirmer sur des arguments paraît être un projet vain.  Pourtant, au-delà de l’inconséquence que constitue la thèse sceptique elle-même, le second paradoxe consiste en ce que chacun des arguments

Lire la suite

Site Footer