Le Cloud du Spectacle

Si on veut bien oublier trente secondes le fait que le travail soit pénible, et si on veut bien, aussi, ne pas le réduire à l’emploi et à la simple tâche, alors il devient possible d’y discerner une dimension dans laquelle on serait susceptible de pouvoir s’épanouir et peut-être même se réaliser. Voila, en gros, le concentré de ce qu’on va penser, en cours, à propos du travail. Il se trouve qu’une récente campagne de publicité pour la bière Guinness

Lire la suite

C’est pas du travail (mise à jour)

C’est entendu, le travail est une pratique particulièrement désagréable, dont on apprécie les résultats, mais dont on se passerait volontiers de la phase d’éxécution, toujours pénible. Bien sûr, si nous travaillons, c’est qu’il y a une forme de réalisation personnelle dans cette activité, qui va sans doute au delà du simple moyen de se procurer le nécessaire, puisque nous travaillons bien au-delà de la stricte contrainte de la survie. Pour autant, pour contrer les théories glorifiant le travail comme le

Lire la suite

Que gagnons-nous à travailler ?

Entre le gagne-pain et ce qui permet de gagner sa vie, on devine l’espace dans lequel se déploient les contreparties de l’effort, jamais suffisantes, justifiant qu’on voit toujours en elles un « gagne petit ». Tenter de discerner ce qu’il y a à gagner à travailler, c’est tout de suite penser au salaire, c’est-à-dire à la rétribution échangée contre l’effort que le travailleur consent à effectuer. Pourtant, envisager les choses sous cet angle, c’est réduire au moins deux fois le travail. D’une

Lire la suite

Boucles d’or

Ca manque de musique, dans ce blog. C’est que les liens entre musique et philosophie sont simultanément évidents, et complexes à décrire. La chanson a, elle, l’avantage de tisser, parfois, dans ses paroles et dans ses sons, des structures aptes à drainer du sens. Il est alors peu étonnant que la musique des temps industriels se soit faite à partir de répétitions, de samples, de boucles en français. Et je connais peu d’illustrations aussi cohérentes que ce titre de Noir

Lire la suite

Sur le tas

Entre 1934 et 1935, Simone Weil, alors enseignante en philosophie, abandonne provisoirement la carrière de professeur pour devenir ouvrière, tout d’abord chez Alstom, sur presse, puis à la chaine, chez Renault. Engagée, elle s’était déjà rendue en Allemagne en 1932 pour y observer la manière dont l’idéologie nazie trouvait là un terreau pour croitre, mais c’est à la condition ouvrière qu’elle voulait désormais consacrer sa pensée, qu’elle ne pouvait concevoir sans partager, sur le tas, la condition de ceux qui,

Lire la suite

Open space

Puisqu’il vous a été récemment proposé une bibliographie, à tendance plus sociologique que philosophique, relativement conséquente sur le thème du travail, Stan vous livre ici la note de lecture d’un des ouvrages qui y sont référencés, à savoir Le travail sans qualités : les conséquences humaines de la flexibilité, du sociologue américain Richard Sennett. D’emblée, deux mises en garde sont nécessaires, tout d’abord sur le travail de la note de lecture en lui-même : ce travail ne vise pas en

Lire la suite

Reprise du travail

Harry avait donné, déjà, sa propre liste de références sur le travail, principalement construite autour d’ouvrages de témoignage ou d’analyses, et de films (pour mémoire, c’était ici : http://www.harrystaut.fr/2009/12/cest-pas-du-travail/). Reprise du boulot par Stan, cette fois, qui livre ici sur le même sujet, une bibliographie qui puise davantage ses racines dans les sciences sociales. Etudes générales et analyses plus ciblées, l’élève curieux de savoir ce que l’avenir lui réserve, et le lecteur avide de prendre du recul par rapport à

Lire la suite

Des enfants conservés dans le formol de l’oisiveté, sauvés par Kant.

Donner aux élèves, à commenter, un texte affirmant qu’il faut mettre les enfants au travail, voila qui pourrait passer pour une forme anticipée de harcèlement moral. Pourtant, il ne s’agit pas ici d’apprendre aux enfants et jeunes à se soumettre au travail, mais plutôt à ne pas se soumettre à cette tendance spontanée qui nous incite à ne rien faire, et à rester, bouche bée, ébahi devant le monde, sans rien y faire. On va le voir, on est attaché

Lire la suite

Sujet traité : En quoi réside pour l’homme la nécessité de travailler ?

Introduction Il paraitrait qu’il faille travailler pour être humain. Traduite en d’autres termes, la consigne pourrait être entendue de la manière suivante : il y aurait une nécessité humaine à travailler. De tous les concepts liés à ce qu’on pourrait appeler la condition humaine, le travail est sans doute l’un des plus ambigus, tant il apparaît que nous sommes tout autant orientés vers lui que tentés d’y échapper, à tel point que nous sommes capables d’être d’accord avec Marx lorsqu’il

Lire la suite

Noel avec André Godin

Suite de la visite du familistère et des familistériens, telle qu’elle était proposée par France Inter, dans l’émission La-bas si j’y suis. Un détail non évoqué dans le précédent article : j’ai coupé la première séquence de l’émission, pour chacun des épisodes, qui est pourtant le temps fort d’expression des auditeurs, à travers le répondeur téléphonique. Pour bénéficier de cette séquence, il vous faudra écouter ou podcaster l’émission dans son intégralité. Voici donc ce second épisode : Ecoute ou téléchargement

Lire la suite

Visite radiophonique au familistère de Guise

Le 3 Janvier 2006, l’émission de France Inter, présentée par Daniel Mermet, Là-bas si jy’ suis, se consacrait aux fêtes de noël, passées à Guise, au familistère, auprès d’ouvriers des entreprises Godin, alors en grève. Entre la fondation du familistère par André Godin et les ouvriers qui font la queue pour recevoir leur colis de noël à la Croix-Rouge, c’est un grand bond en arrière qui est ici mis en son. C’est aussi une bonne manière de revenir vers le

Lire la suite

L’aveu

Il semble intéressant de confronter la présence du travail comme notion à étudier dans le programme de philosophie des séries générales (il est absent, curieusement, des séries techniques, et à plus forte raison des séries professionnelles, dans la mesure où celles ci se voient privées de tout enseignement philosophique) à la manière dont l’institution considère le travail des élèves. Les récentes propositions qui consistent à favoriser la présence des élèves en classe en alimentant une cagnotte commune permet de saisir

Lire la suite

L’homme se reconnaît-il mieux dans le travail ou dans le loisir ?

Voilà un type de sujet qui peut causer bien des déboires au candidat au bac, pour la simple raison que sa problématique se place à deux niveaux. L’un est évident (la préférence que semble avoir l’humanité pour le loisir, et la fatigue mentale que semble provoquer la simple idée de devoir travailler), l’autre l’est moins, bien que le sujet dise très clairement que c’est bien de cela qu’il s’agit : dans quel image de lui même l’homme se reconnaît il

Lire la suite

Faut-il travailler pour être heureux ?

« 3:1 Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l’Eternel Dieu avait faits. Il dit à la femme: Dieu a-t-il réellement dit: Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin? 3:2 La femme répondit au serpent: Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. 3:3 Mais quant au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit: Vous n’en mangerez point et vous n’y toucherez point, de peur que

Lire la suite

Site Footer