La technique nous rend-elle libres ?

Avertissement habituel pour ceux qui tomberaient sur cet article par hasard : aucun traitement d’un sujet de dissertation n’est LE modèle de ce qu’il fallait faire. En l’occurrence c’est une proposition qui s’accorde à ce que je voulais faire avec mes élèves dans le cadre d’une progression précise qui permette d’aborder certains auteurs. Je conseille donc de suivre les liens qui se trouvent dans le document, afin de lire les textes auxquels l’argumentation fait référence. Ils sont plus importants que

Lire la suite

Qu’y peut-on ?

On pense facilement qu’il y a d’un côté les produits de la techniques, outils et machines, et de l’autre l’homme. Et on en tire tout aussi facilement comme conséquence que les outils et machines ne sont rien d’autre que ce que l’homme en fait. Derrière cette affirmation, il y a l’idée que l’homme est invariant, que ce qu’il est ne dépend pas des circonstances et du monde dans lequel il se trouve. C’est cet a priori que Jacques Ellul, grand

Lire la suite

Sables mouvants

  Rien n’est jamais acquis à l’homme Ni sa forceNi sa faiblesse ni son coeur Et quand il croitOuvrir ses bras son ombre est celle d’une croixEt quand il croit serrer son bonheur il le broieSa vie est un étrange et douloureux divorceIl n’y a pas d’amour heureux Aragon – Il n’y a pas d’amour heureux Si lundi matin, on doit encore franchir une dernière porte avant d’obtenir pour de bon un baccalauréat qui s’est hier dérobé une dernière fois,

Lire la suite

Inventaire avant liquidation

La récente série Chernobyl,réalisée par Johan Renck revient sur la catastrophe qui eut lieu en 1986 dans cette centrale nucléaire d’Ukraine. Si elle ne fut pas la première fusion d’un cœur nucléaire dans l’histoire (en 1976, la centrale américaine de Three Mile Island connut le même problème), le fait que cette fusion se fasse à l’air libre, le réacteur tout entier ayant explosé, n’avait en revanche connu aucun précédent. La série est passionnante par bien des aspects, entre autres parce

Lire la suite

Peut-on renoncer à la vérité ?

Si on insiste tant sur l’exigence de vérité, c’est parce qu’elle est, simultanément, la condition pratique d’une vie partagée – se parlerait-on encore si tout ce que nous disons était erroné, ou mensonger ? – et la valeur selon laquelle on évalue tout énoncé, tout jugement. Ainsi, renoncer à la vérité, ce serait renoncer à la vie commune et faire perdre à la parole tout son sens, ne plus tenir parole, comme on dit. Ce serait renoncer à connaître quoi

Lire la suite

Lumière noire

Il faut, aussi, lire des textes qu’on ne comprend pas; qu’on ne comprend pas tout de suite, qu’on ne comprend décidément pas, qu’on ne comprendra jamais tout à fait. Ces mots sont susceptibles de nous accompagner une vie entière, nous devançant dans l’obscurité sans pour autant l’éclairer tout à fait, comme une présence amicale qui nous devancerait, en éclaireurs. On trouve aussi bien, chez Alain, des passages brillants de clarté et de pédagogie, que des moments où on le sent

Lire la suite

Peut on douter de tout ?

  Introduction : En 155 avant Jésus Christ, Athènes est condamnée par l’autorité romaine à une amende de 500 talents pour avoir occupé illégalement la ville d’Oropos, située en bordure du golfe d’Evoikos, qui sépare l’Attique de l’Eubée. Athènes n’a pas les moyens de payer une telle amende et, astucieusement, envoie pour plaider sa cause à Rome, non pas des juristes, mais des philosophes. En effet, à strictement parler, la cause d’Athènes est juridiquement indéfendable. C’est donc sur un autre

Lire la suite

L’homme du commun à l’ouvrage

Et si, dans ce qui se joue ces derniers temps, il se passait quelque chose de plus souterrain, quelque chose qui ne se voit pas au premier coup d’oeil parce que ça ne s’est pas encore réalisé, quelque chose qui répondrait, plus tard à des inquiétudes et des interrogations que nous soulevons aujourd’hui ? Et si, au-delà de la diversité des discours, de la multiplicité des revendications, de la très grande dispersion des arguments, il y avait un principe à

Lire la suite

Roulette ruse

Whatever I’ve done I’ve been staring down the barrel of a gun Depeche Mode – Barrel of a gun Encore un petit Bond dans la dialectique ?  De la forme au signe il n’y a qu’un pas. Si James Bond est une forme générale, un ensemble abstrait, conceptuel, qui demeure invariant quelles que soient les apparences diverses que revêtent les films, le concept de James Bond, semblable à lui-même,  s’appuie lui sur des signes qui réapparaissent, presque identiques à eux-mêmes, d’épisode

Lire la suite

Majordome

Majordome; du latin major domus, chef de la maison Un article, juste pour expliquer le titre de l’article précédent.  A plus d’un titre On Her Majesty’s secret service est le titre du sixième film mettant en scène le personnage de James Bond, en 1969. Il fût réalisé par Peter Roger Hunt, et l’interprète de l’agent secret est le moins connu de tous, puisqu’il s’agit de George Lazenby, que tout le monde a oublié depuis.  Au départ, je cherchais tout simplement

Lire la suite

Le sens de l’interdit

Un petit exercice de « type bac », histoire de montrer à quoi pouvait ressembler l’explication de ce texte donné en filière technologique lors de notre examen blanc.  Quelques remarques préalables : comme le veut la méthode, mais surtout parce que c’est tout simplement mieux ainsi, les questions ne sont pas reprises dans le traitement du sujet. Elles sont là pour guider le candidat, pour orienter son attention sur les points les plus importants, mais le texte final, celui qui se retrouve

Lire la suite

Cache cache

  Je remets en ligne un article qui date de 2011, à propos de la sortie du documentaire Into Eternity, après l’avoir évoqué en classe, en jetant les bases d’une réflexion sur la culture en général, et la technique en particulier. Ajoutons que ce documentaire peut aussi se prêter à des analyses esthétiques.  Un de nos paradoxes est le suivant : Tout ce que nous produisons est par définition périssable, puisque le principe même de financement de nos activités réside

Lire la suite

Prends garde à toi

  Ce que nous partageons ici est à ce point un classique que ceux qui sont déjà initiés à la philosophie vont sans doute trouver qu’on manque d’originalité. Mais pensons un peu aux novices, et on saisira mieux l’intérêt qu’il y a à mettre en avant, une fois de plus, ce texte du philosophe Emile Chartier, publiquement connu sous son pseudonyme : Alain.  « Le doute est le sel de l’esprit ; sans la pointe du doute, toutes les connaissances

Lire la suite

Cheveux longs, idées grosses

Chose promise à mes élèves auprès de qui, parce qu’on lisait ensemble le texte de Deleuze sur la philosophie se donnant comme mission de « nuire à la bêtise », j’ai évoqué la confrontation entre sa pensée, mouvante comme une dune sous le vent, et celle des nouveaux philosophes, appesantie par des concepts énormes. Car si, dans la perspective d’une introduction à la philosophie, Deleuze peut sembler s’attaquer aux antiques sophistes, il faut bien dire que derrière la philosophie qui oublierait sa

Lire la suite

Faux départ

Qui a tué Socrate ?  Voici la question qui est posée, cette semaine sur France culture, dans l’émission Les Chemins de la philosophie. Et si cette question se pose, c’est que les circonstances dans lesquelles la Cité d’Athènes en vient à condamner celui qu’on considère comme le père fondateur de la philosophie sont complexes. Elle relèvent en fait en partie de la politique, en partie de rancoeurs personnelles,  mais aussi de la vie des idées, et encore des affaires judiciaires.

Lire la suite

Initier B.B.

Récemment, j’ai eu le plaisir de travailler, en l’approfondissant « un peu », la fameuse séquence qui ouvre presque le Mépris de Godard, celle qui se situe juste après le juste-un-peu-moins-fameux – aux yeux du grand public, mais pas des cinéphiles – générique parlé mettant en scène le chef opérateur de Godard, Raoul Coutard, aux commandes de sa caméra. Ça m’a donné l’occasion de lire pas mal de choses au sujet de Godard, dont la fameuse biographie signée par Antoine de Baecque.

Lire la suite

Retour aux racines de la croyance

Le Père Noël peut sembler constituer un faible objet d’étude. Faisant l’objet d’un culte tout enfantin, il semble être un ersatz de divinité, un demi-dieu contemporain qui ne vaut pas la peine qu’on s’y intéresse. Pourtant, après tout, il est le dénominateur commun d’un très grand nombre d’humains, puisqu’il a constitué pour la plupart leur première véritable croyance : on a sincèrement affirmé qu’il pouvait combler des souhaits, récompenser une année de sagesse, procurer joie et bonheur à la totalité

Lire la suite

Demeurer dans le doute

Les choses étant ce qu’elles sont, il nous faut attendre que les cours puissent reprendre. Afin de patienter et ne pas mettre pour autant les neurones en sommeil définitif, voici de quoi les occuper un peu. Puisque nous étions en train de défricher les raisons qu’on pourrait avoir de mettre en doute la totalité de nos connaissances, afin d’examiner tout d’abord si c’est possible, et ensuite si ça pourrait avoir un quelconque intérêt, voici une vidéo qui permettra de remettre

Lire la suite

Silent Night

  Si aujourd’hui on débat de l’opportunité de présenter des crèches de Noël dans les mairies, en 1951, le débat est ailleurs, et prend des formes un peu plus spectaculaires : c’est au Père Noël qu’on s’en prend, parce que l’Eglise voit en cette figure une sorte de fausse divinité qui fait concurrence au véritable esprit de Noël, censé être incarné par l’enfant Jésus. Ainsi, pour mieux édifier les consciences, les autorités religieuses, catholiques en l’occurrence, organisent avec les enfants

Lire la suite

A dangerous method

Un petit passage croisé dans la biographie de Jacques Derrida, écrite par Benoît Peeters. On est en 1955, Derrida est élève à Normale Sup’. On sait ce que c’est que les grandes écoles, quand on donne à ses professeurs les signes d’une aptitude à la pensée hors du commun : les cours n’y sont que la part émergée d’un iceberg intellectuel dont l’essentiel n’est pas proposé à tous. Ainsi, Maurice de Gandillac, un des professeurs de Derrida, l’invite aux réceptions

Lire la suite

Negan

Finalement, il se passe dans The Walking Dead un peu ce qui s’est peu à peu passé dans le western : peu à peu, l’ennemi se fait plus proche. Si au départ, pour les colons, l’ennemi c’était les indiens, peu à peu, ceux-ci disparaissent du paysage, pour ne laisser parfois d’eux-mêmes que quelques vestiges ou un souvenir des temps sauvages (Dans L’Homme qui tua Liberty Valance, à Capitol City, Peabody évoque en termes peu valorisants les indiens comme un équivalent

Lire la suite

Better have my money

  Supposons : C’est le jour J, vous n’avez pas les idées très claires, vous êtes ce genre de candidat que le simple  fait d’être assis derrière une table d’examen rend amnésique, et vous devez traiter  le sujet « Que gagnons-nous à travailler ? ». La seule chose qui vous vienne en tête, c’est cette série dont vous avez regardé les cinq saisons, Breaking Bad, et vous vous dîtes, « après tout, pourquoi pas ? ». On dira dans un autre article pourquoi il

Lire la suite

Touche pas à mon poste de travail

  Il faut toujours prendre les titres au sérieux. Quand une émission s’intitule Touche pas à mon poste, il faut le prendre comme un avertissement. De fait, si on s’aventure en classe à relativiser un tant soit peu l’importance que peut avoir cette émission pour la culture de l’humanité, on soulève chez bon nombre d’élèves (au hasard, ceux qui regardent) des vagues d’indignation. L’émission aurait des vertus secrètes qu’au-delà d’un certain âge on ne serait plus capable de discerner. Alors, évidemment,

Lire la suite

Les travailleurs de l’amer

  Pour compléter l’article précédent, puisque certains des lecteurs de ces lignes pourraient ne pas faire partie d’une de mes classes cette année, et appartenir en revanche à cette masse considérable, à cette multitude d’employés qui, quotidiennement, ont le sentiment de perdre leur vie à la gagner, se préparent chaque matin en se demandant s’il est digne de se plaindre de devoir se lever pour aller au boulot quand tant de personnes, elles, n’ont pas dormi de la nuit parce

Lire la suite

In extremis

On le sait, la plupart s’y prennent au dernier moment. On n’est pas certain que ce soit une très bonne idée, mais bon, une journée c’est court et long à la fois, et on peut apprendre ou saisir des choses, parfois, en très peu de temps, pour peu que la pression ne fasse pas perdre tous ses moyens. Si on a déjà l’habitude de penser, et si on a intégré quelques concepts pendant l’année, ce qui suit peut être un

Lire la suite

à la lettre

« Les livres sont de grosses lettres adressées aux amis. » Peter Sloterdijk; Règles pour le parc humain C’est sans doute un des conseils méthodologiques les moins pris au sérieux. Et pourtant, il est peut-être à la racine de tous les autres, qui n’ont de sens que si ce premier conseil est respecté, à la lettre. On n’écrit pas pour ne pas être lu. On n’écrit pas pour personne; et si on écrit peut-être pour savoir ce qu’on pense (et non pas

Lire la suite

One shot

Dans l’extrait de Ecologica que j’ai évoqué ces derniers jours, André Gorz cite cet autre ouvrage, dont il est l’auteur, Le Traitre. Aussi ai-je eu la curiosité de plonger un peu dedans ce week-end, dans une lecture un peu trop diagonale, sur laquelle il faudra que je revienne plus posément. Les dernières pages proposent sur le travail un regard assez différent de celui qui a été le nôtre ces derniers temps. Son propos peut semble au premier abord un peu obscur. L’analyse

Lire la suite

Alors on danse

Profitons de l’actuelle réflexion que nous menons, en cours, sur le désir. On sent bien, peu à peu, qu’on va en venir à cette alternative : soit on voit dans le désir une puissance qui suinte de notre être comme une sueur, une moiteur intime certes, mais étrangère aussi et dès lors dérangeante; soit on considère le désir comme ce mouvement initié au plus profond de son être, tellement proche de notre racine qu’on serait capable de ne pas s’y reconnaître, à

Lire la suite

Outre-ronde

« A blonde belief beyond, beyond, beyond,  No return, no return » David Bowie, I’m deranged « Look up here, I’m in heaven » David Bowie, Lazarus « L’art est un anti-destin » André Malraux En 2006, alors que Johnny Cash sortait Hurt, reprise crépusculaire, selon son propre style,  d’une chanson carrément nocturne de Nine Inch Nails, on avait publié un texte qu’on va reprendre ici, un peu modifié aujourd’hui, pour accompagner la façon dont David Bowie a, à son tour, envoyé au monde l’écho anticipé de sa

Lire la suite

Photosynthèse

L’allégorie de la caverne apparaît ccomme une telle évidence qu’on en viendrait presque à ne plus l’étudier en cours, considérant que ce texte est trop proche du B.A.BA philosophique, craignant aussi que son caractère narratif empêche les élèves de s’élever jusqu’aux concepts. Crainte étrange, car c’est un peu comme si on se disait que, demeurant à une altitude trop basse, les pistes de décollage empêchent les avions de voler. On a déjà proposé dans ces colonnes quelques lectures de cet

Lire la suite

Site Footer