Prises universelles

Balayer le programme, de part en part, à travers vingt textes, c’est une bonne occasion de croiser de vieilles connaissances, mais aussi de s’apercevoir qu’après une petite année de philosophie, même si selon les filières, on ne profitait parfois que de très peu de temps chaque semaine pour découvrir cette discipline, on est devenu capable de lire par soi-même un texte d’un grand philosophe, et de le comprendre. C’est là un des signes qu’on a progressé, et qu’on peut pleinement

Lire la suite

Du plomb dans l’aile

Pour compléter l’explication de texte précédente, voici un autre texte de Francis Bacon, exposant d’une autre manière les tenants et aboutissants de l’empirisme. D’abord assez aisé, le premier paragraphe expose quelles sont les deux voies que peut emprunter celui qui cherche la vérité. Ici aussi, il ne s’agit pas d’opposer l’idéalisme et le matérialisme. C’est de nouveau entre la scolastique et un véritable empirisme que l’opposition s’établit, et on a déjà compris laquelle des deux options il soutient, puisqu’en fait,

Lire la suite

Vivre mourant

Je ne saurais trop conseiller de suivre le fil des publications, des conférences, des interventions sur les réseaux sociaux, de Pacôme Thiellement. Parce que ses propositions, ses interprétations sont stimulantes; mais aussi pour ses références, toujours passionnantes. J’ai toujours l’impression que lorsque Jimmy Page chante « There’s a feeling I get, when I look to the west », et quand Pacôme Thiellement nous aide à tourner nos regards vers l’Est, c’est, selon deux perspectives inversées, la même ligne d’horizon que nous fixons. On ne

Lire la suite

Insupporters

Si on a bien compris quelques uns des articles précédents, on saisit désormais un peu mieux pourquoi on fait souvent référence au comportement animal quand on veut tenter de penser les affrontements qui animent l’histoire des hommes. Quand il s’agit de trouver dans le règne animal les racines des guerres entre Etats, on a vu qu’il y a sans doute là une facilité à laquelle il faudrait résister, parce que la guerre n’est pas une simple hostilité de nature, même

Lire la suite

Parabellum

Hobbes est sans doute l’auteur qui vient le plus naturellement à l’esprit quand il s’agit d’établir les raisons pour lesquelles l’homme, livré à lui-même dans un état d’hypothétique « nature », en vient à dominer son semblable, ou s’il n’y parvient pas, à le détruire. Que ce soit dans le Léviathan, pour le concept de « guerre de chacun contre chacun », ou dans le Citoyen (souvent évoqué sous son titre en latin, De Cive), pour l’idée que l’homme est « un loup pour l’homme ».

Lire la suite

Temps mort

Si, en tant qu’élève, on mise avant tout sur l’efficacité, alors autant recopier sur le net des travaux déjà écrits. Le seule souci, c’est que se comporter ainsi, c’est avoir intégré en soi les caractéristiques essentielles des machines (le rapport consommation d’énergie/performance), mais pas celles des humains. Si, à la rigueur, ça permettait de gagner du temps pour faire quelque chose qui serait davantage essentiel, ou génériquement humain, pourquoi pas. Mais est-ce vraiment le cas ? Et qu’y aurait-il de

Lire la suite

Montée en puissance

Du couple de designers Charles et Ray Eames, on pourrait très bien ne retenir que leur fameux fauteuil Eames Lounge (670) et son repose-pied Ottoman (671), dans lesquels on s’installerait volontiers pour regarder ce qui suit, et tant qu’on y serait, se relire l’intégralité de sa bibliothèque, histoire d’avoir une bonne excuse pour n’en plus sortir. Mais voila, Monsieur et Madame Eames ne se contentèrent pas de dessiner ce fabuleux fauteuil, ils ont aussi exercé leurs talents dans des courts métrages

Lire la suite

Courte échelle

On lit trop peu les préfaces des anthologies de textes philosophiques. Depuis des années trône sur mon bureau Les Pages les plus célèbres de la philosophie occidentale, de Denis Huisman et je n’avais fait attention qu’il avait été préfacé par Jean Guitton, qui est probablement le premier homme sur Terre qu’enfant, j’aie vu présenté, à la télévision, comme « philosophe ». Pour moi, pendant des années, un philosophe devait nécessairement prendre plus ou moins la forme de Jean Guitton (ou de Yoda,

Lire la suite

Il faut se rappeler Socrate

Il y a peu, dans le cadre de l’introduction à ce que c’est que philosopher, en essayant de résumer très fortement ce qu’on est censé faire le jour de l’examen, quel que soit le sujet proposé, je me suis entendu dire aux élèves « finalement, le jour J, la première chose que vous avez à faire est la suivante : Souvenez-vous de Socrate. » Il est probable que je devrai, plus tard dans l’année, fournir quelques autres éléments de méthode, mais après

Lire la suite

Site Footer