Insupporters

Si on a bien compris quelques uns des articles précédents, on saisit désormais un peu mieux pourquoi on fait souvent référence au comportement animal quand on veut tenter de penser les affrontements qui animent l’histoire des hommes. Quand il s’agit de trouver dans le règne animal les racines des guerres entre Etats, on a vu qu’il y a sans doute là une facilité à laquelle il faudrait résister, parce que la guerre n’est pas une simple hostilité de nature, même

Lire la suite

Parabellum

Hobbes est sans doute l’auteur qui vient le plus naturellement à l’esprit quand il s’agit d’établir les raisons pour lesquelles l’homme, livré à lui-même dans un état d’hypothétique « nature », en vient à dominer son semblable, ou s’il n’y parvient pas, à le détruire. Que ce soit dans le Léviathan, pour le concept de « guerre de chacun contre chacun », ou dans le Citoyen (souvent évoqué sous son titre en latin, De Cive), pour l’idée que l’homme est « un loup pour l’homme ».

Lire la suite

Temps mort

Si, en tant qu’élève, on mise avant tout sur l’efficacité, alors autant recopier sur le net des travaux déjà écrits. Le seule souci, c’est que se comporter ainsi, c’est avoir intégré en soi les caractéristiques essentielles des machines (le rapport consommation d’énergie/performance), mais pas celles des humains. Si, à la rigueur, ça permettait de gagner du temps pour faire quelque chose qui serait davantage essentiel, ou génériquement humain, pourquoi pas. Mais est-ce vraiment le cas ? Et qu’y aurait-il de

Lire la suite

Montée en puissance

Du couple de designers Charles et Ray Eames, on pourrait très bien ne retenir que leur fameux fauteuil Eames Lounge (670) et son repose-pied Ottoman (671), dans lesquels on s’installerait volontiers pour regarder ce qui suit, et tant qu’on y serait, se relire l’intégralité de sa bibliothèque, histoire d’avoir une bonne excuse pour n’en plus sortir. Mais voila, Monsieur et Madame Eames ne se contentèrent pas de dessiner ce fabuleux fauteuil, ils ont aussi exercé leurs talents dans des courts métrages

Lire la suite

Courte échelle

On lit trop peu les préfaces des anthologies de textes philosophiques. Depuis des années trône sur mon bureau Les Pages les plus célèbres de la philosophie occidentale, de Denis Huisman et je n’avais fait attention qu’il avait été préfacé par Jean Guitton, qui est probablement le premier homme sur Terre qu’enfant, j’aie vu présenté, à la télévision, comme « philosophe ». Pour moi, pendant des années, un philosophe devait nécessairement prendre plus ou moins la forme de Jean Guitton (ou de Yoda,

Lire la suite

Il faut se rappeler Socrate

Il y a peu, dans le cadre de l’introduction à ce que c’est que philosopher, en essayant de résumer très fortement ce qu’on est censé faire le jour de l’examen, quel que soit le sujet proposé, je me suis entendu dire aux élèves « finalement, le jour J, la première chose que vous avez à faire est la suivante : Souvenez-vous de Socrate. » Il est probable que je devrai, plus tard dans l’année, fournir quelques autres éléments de méthode, mais après

Lire la suite

L’emploi du temps passé

Par hasard, je retombe sur ce texte d’Emile Chartier (alias Alain). C’est le jour où jamais pour le partager. D’abord par souci d’ironie envers la situation locale de ceux avec qui nous partageons les salles 217, 314, 312 et tant d’autres (on en change tant), et l’ironie est, en philosophie, une qualité; ou alors Socrate ne serait plus un exemple. Alors que nous sommes embourbés dans les incertitudes quant à l’emploi de notre temps, ballottés de ça de là sur les

Lire la suite

Les Maîtres du suspens – 3

Evoquant en cours les sources dont nous disposons pour parler des auteurs de l’antiquité qui n’ont laissé aucun écrit, et qui n’ont pas tous eu la chance d’avoir un disciple aussi acharné dans l’écriture qu’un Platon, Diogène Laerce s’est vite présenté comme un incontournable, tant son fameux Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres constitue pour tous ceux qui s’intéressent un peu aux origines de la pensée telle que nous la pratiquons, une galerie de portraits dans laquelle on se

Lire la suite

Les Maîtres du suspens – 2

Au détour d’un texte de Lucien Febvre, qui n’a pas grand chose à voir avec ce qui va nous occuper ici, je suis tombé sur un extrait d’un discours qu’Anatole France prononça, au début du 20ème siècle, devant la société des études rabelaisiennes. A voir le ton du discours, on devine que cette société prenait son travail très au sérieux, et que les rencontres de ce cercle d’initiés devaient être joyeuses, arrosées, et que les panses devaient être bien pleines

Lire la suite

Les Maîtres du suspens – 1

Dès les premiers cours de philosophie, ce qui étonne le plus, c’est cette façon particulière qu’on y observe d’accorder au moins autant d’importance aux questions posées qu’aux réponses qu’on peut y apporter. C’est que, pour le moment, le plus important est d’initier une attitude de pensée nouvelle chez les élèves, habitués jusque là à ce qu’un cours soit constitué de réponses, plus que de questions. Quand on est novice, il est tentant de jeter un coup d’oeil aux champions de la

Lire la suite

L’histoire est-elle une science impossible ? 1

Rebondissons sur le sujet donné au Liban, en section économique et sociale, ‘L’histoire est elle une science impossible ?‘ Que Karl Popper soit sceptique quant à la possibilité d’une discipline historique reconnaissable comme science, ça n’a rien de très étonnant : à ses yeux, ce qui distingue la science des autres savoirs, c’est sa réfutabilité, c’est à dire la possibilité de mettre en oeuvre des démarches expérimentales visant à remettre en question ses énoncés, dans l’ambition d’en démontrer la fausseté

Lire la suite

Causeur

Proposées presque simultanément aux candidats du baccalauréat de Washington en filière S, et aux élèves de la filière ES au Liban, les Causeries de Merleau-Ponty sont en quelque sorte la vedette de cette cession du bac, du moins dans les lycées situés en pays étrangers. Bien entendu, cela ne permet absolument pas d’en déduire qu’on en tirerait d’autres extraits afin de les proposer dans l’hexagone. Cependant, il n’est jamais, ni déplaisant, ni inutile, de lire Merleau-Ponty, d’autant que ce texte

Lire la suite

Technicolor

Filmographie ; série-graphie ; bibliographie  sur le développement contemporain des machines Dans le cadre d’une intervention auprès des élèves de terminale S spécialisés en Informatique et Sciences du Numérique, leur ayant proposé une mise en perspective des développements techniques depuis leurs balbutiements jusqu’à nos jours, je leur avais dit que je leur constituerais une petite filmographie sur ce thème, puisque c’est un des motifs récurrents du cinéma en général, et de la science fiction en particulier. Cette liste est loin, très loin

Lire la suite

Lumière noire

On va le préciser en préambule : il s’agira bien en quelque sorte de méthode, mais peut-être pas celle à laquelle vous vous attendez. Ce serait plutôt celle que vous attendez faute de voir qu’elle est déjà là. Pour les trucs, les recettes, il y a d’autres articles. Puisque nous avions évoqué en classe Husserl, la phénoménologie, le rapport singulier que cette nouvelle orientation de la pensée ouvrait avec le monde, cette tension en laquelle semblait consister la conscience, nous

Lire la suite

Cours de Raptrapage

  [Nouvelle introduction ajoutée, en 2014, à cet article de 2012] Dans quelques siècles, des historiens de l’art se pencheront sur les documents que nous laissons, et sans doute feront-ils comme nous : pour aller plus vite, ils iront tout d’abord vers les compilations, afin de tracer un paysage d’ensemble de notre temps. Peut être tomberont-ils alors sur ces performances régulièrement proposées sur NBC, tard le soir (mais un peu moins tard depuis moins d’un mois) par Jimmy Fallon et

Lire la suite

S’outrepasser

Croisé dans le documentaire évoqué dans l’article précédent, Hugo Von Hofmansthal est un écrivain qui se trouve à la croisée des préoccupations que nous essayons de traiter ces temps ci : autrichien, influencé par sa découverte de l’analyse psychanalytique, mais aussi lecteur de Nietzsche, il fut un auteur protéiforme, précoce, comparable à Rimbaud mais capable aussi d’écrire des livrets d’opéra pour Richard Strauss. En 1904, il publie son Entretien sur la poésie, qui est tout autant un texte mystique qu’une

Lire la suite

C’est pas du travail (mise à jour)

C’est entendu, le travail est une pratique particulièrement désagréable, dont on apprécie les résultats, mais dont on se passerait volontiers de la phase d’éxécution, toujours pénible. Bien sûr, si nous travaillons, c’est qu’il y a une forme de réalisation personnelle dans cette activité, qui va sans doute au delà du simple moyen de se procurer le nécessaire, puisque nous travaillons bien au-delà de la stricte contrainte de la survie. Pour autant, pour contrer les théories glorifiant le travail comme le

Lire la suite

Fragments d’un discours cartésien

A l’intention de ceux qui, en ma compagnie, salle 217, ont traversé tout ou partie de la quatrième partie du Discours de la Méthode, et à l’intention de tous les autres aussi, voici une mise en image, réalisée en 1971 par Roberto Rossellini pour la télévision italienne, des mots de Descartes, prononcés par lui-même. Bien que Rossellini ait consacré un long métrage à Descartes, c’est d’un autre film que la séquence qui suit est tiré, consacré, lui, à Blaise Pascal.

Lire la suite

Nous y voilà

Parce que « les mots sont les passants mystérieux de l’âme »*, parce qu’ils en sont aussi les passeurs, lire, c’est être traversé par quelqu’un d’autre. Et si ces traversées laissent en nous des traces, celles ci sont elles aussi parcourues, et marquées au passage, par ces nouvelles invasions. Les pages lues sont aussi les écrans sur lesquels on projette les lectures suivantes, et lire, c’est alors relire les pages déjà parcourues, par transparence et superposition. C’est à cela qu’on se reconnait

Lire la suite

Se faire un film

Avant tout autre abord, peut-être est-il préférable pour apprécier à leur juste valeur les oeuvres d’art, de discerner ce qu’elles sont, au-delà de ce qu’elles peuvent sembler représenter. Car on peut légitimement penser que le coeur de l’oeuvre se trouve moins dans ce qu’elles représente, que dans sont aptitude à constituer, par elle-même, une présentation, une présence qui se suffit à elle-même. On se souvient sans doute de la manière dont Malraux traçait les lignes directrices de quelques arts dans

Lire la suite

Là-haut

En travaillant sur le sujet que, ces temps ci, nous creusons en classe (« Suis-je ce que j’ai conscience d’être ? »), je suis retombé, presque par hasard, sur cet extrait des Considérations inactuelles de Nietzsche, au cours duquel s’établit un lien entre la quête de soi et la relation avec les éducateurs. Comme si le moi se situait au delà des limites de sa propre personne, et exigeait pour qu’on le capte, d’aller vers ce qui n’est pas soi. On comprend

Lire la suite

Répétition générale

Le cours de philosophie, en début d’année de terminale, peut parfois donner l’impression d’être à la frontière du cours d’histoire tant le flash-back vers la Grèce antique y est fréquent. On pourrait se demander pourquoi ce regard constant vers l’arrière, pourquoi cette façon de marcher à reculons, comme s’il ne fallait aller de l’avant que dans la mesure où se garderait bien de regarder l’horizon devant soi. De deux choses l’une : ou bien cette démarche empêche de marcher, ou

Lire la suite

Voir dire

En jetant un coup d’oeil aux statistiques de consultation de ce blog, je constate que de nombreux lecteurs atterrissent ici après avoir googlé le sujet que, probablement, un collègue aura confié à leurs bons soins, « Peut-on reprocher à la philosophie d’être inutile ? », dont on avait, il y a des lustres, publié ici même un semblant de corrigé. Passons sur le fait qu’à strictement parler, ce sujet ne devrait plus être, aujourd’hui, proposé aux candidats du baccalauréat, puisque aucune des

Lire la suite

La connaissance commune n’est-elle qu’une erreur communément considérée comme vraisemblable ?

Il était tentant de proposer une énième introduction à la philosphie, les bonnes intentions de début d’année scolaire trouvant commode de se trouver ce genre de marronnier pour se donner du coeur à l’ouvrage. Cependant, un élève m’a donné ces derniers jours l’occasion de bifurquer sur d’autres voies, et d’entamer l’année comme si elle n’avait pas auparavant pris fin, c’est à dire comme si ce n’était pas la rentrée. Il aura suffi de demander, alors que nous évoquions la remise

Lire la suite

Arendt à Jérusalem

Sans nécessairement succomber au fétichisme de la marchandise, on peut être tenté après avoir vu sur grand écran l’incarnation d’Hannah Arendt par Barbara Sukowa dans le film réalisé par Margarethe von Trotta, de retrouver les mots d’Arendt tels qu’ils ont été publiés dans le New-Yorker en 1963, au lieu de les lire dans l’ouvrage intitulé Eichmann à Jérusalem. Pour ceux qui pensent pouvoir éprouver quelque chose de l’aura de l’objet originel sans en passer par l’acquisition, fort onéreuse, d’un exemplaire originel

Lire la suite

Petit, avec de grandes oreilles

Le magazine Playboy a, dès les années 60, assis sa réputation sur deux fondamentaux censés attirer à l’époque l’homme « moderne » tel que la presse anglo saxonne se le figurait : les femmes charmantes et les interviews de grands témoins culturels de l’époque. Que Jean-Paul Sartre soit, dans le numéro d’Avril 1965, longuement questionné dans une interview retranscrite sur une dizaine de pages n’est pas surprenant, dans la mesure où l’orientation éditoriale semble avoir deviné vingt ans avant Thierry Ardisson qu’un intellectuel

Lire la suite

Agir en soi

En ce qui concerne les sujets dont le travail constitue la notion centrale, il faut avoir en tête que la réflexion impose de positionner le curseur du travail par rapport aux concepts voisins que sont la tâche, le labeur, l’oeuvre. Si certains philosophes ont distingué le travail aliéné du travail humanisant, constituant le premier comme simple exécution de tâches, et reconnaissant dans le second un processus oeuvrant au moins à la création de l’être humain lui-même, d’autres ont placé définitivement

Lire la suite

Liberté surveillée

Et si, plutôt que courir vers et recourir à des résumés toujours davantage réduits à leur plus simple expression et à des tableaux et schémas dont on peine parfois à saisir les articulations logiques, on se tournait, pour réviser, vers les grands auteurs eux mêmes ? Après tout, au moins, avec un « auteur », la question de l' »autorité » de la pensée ne se pose plus, et on fait d’une pierre deux coups, travaillant aussi bien sur les concepts que sur la

Lire la suite

Appareil locomoteur

I the Emperor proclaim Us the masters we rule the game Inclination-somethin’ to dream on Deprivation-we are sons The Germs – Forming, 1977 Pour les curieux et pour les amateurs de textes polémiques,  voici l’intégralité du manifeste que le Figaro publia le 20 Février 1909. Marinetti l’avait déjà publié, quelques jours plus tôt, dans sa propre revue , Poesia, sans le prologue qu’il rédigea spécialement pour le Figaro. Voici donc l’intégralité de ce texte : « Nous avions veillé toute la

Lire la suite

Site Footer